Rechercher
  • Olivier Bodenmann

Antennes adaptatives : quid du rayonnement ?


OFEV : "Téléphonie mobile : l’aide à l’exécution relative aux antennes adaptatives est publiée" [document]

​L’image ci-dessus est une infographie tirée d’un document de Emil Björnsen, une des personnes les plus compétentes sur la 5G.

L’image en haut à gauche montre une antenne conventionnelle. L’utilisateur se trouve dans la zone jaune, celle où l’exposition au rayonnement de l’antenne est la plus faible.

L’image en haut à droite montre une « petite » 5G (8T8R), l’utilisateur est dans une zone plus orangée, donc plus exposée.

L’image en bas à gauche est le rayonnement d’une antenne 5G 64T64R, 64 canaux en émission et en réception. Ce qui se fait de plus gros actuellement. L’utilisateur est clairement dans la zone bleue qui est encore plus exposée.

Les aides à l’exécution publiées le 23 février 2021 autorisent un facteur de réduction de 4 pour la 8T8R, c’est à dire que ce type d’antenne peut émettre 4 fois plus fort que ce que la loi suisse ne l’y autorisait avant.

Pour les 64T64R, le facteur de réduction accordé aujourd’hui par nos autorités permet que ces antennes émettent 10 fois plus fort.

Cela part d’une bonne idée de ne cibler que les utilisateurs de 5G, mais :

· Un smartphone 5G communique très souvent avec les antennes, même sans que vous le demandiez (géolocalisation, applications recevant des notifications, etc…).

· A terme, il est même prévu que les smartphones 5G servent de relais pour aider à localiser les autres smartphones, ce qui augmentera vos chances d’être plus souvent dans la zone orange ou bleue.

· Une antenne 8T8R émet quand même des rayonnements sur les côtés.

· Avec une 64T64R, il faut être très loin de l’antenne pour ne plus être dans la zone bleue.

· Aucune information exacte ne filtre sur la largeur d’un tel faisceau à 200 mètres, 300 mètres, 500 mètres de l’antenne. Les images véhiculées par les médias sont de toute façon incorrectes avec leur faisceaux rectilignes de type laser.

· L’image de la 64T64R est dans le mode idéal où les 64 canaux condensent tous leurs rayonnements dans la même direction. Ceci n’arrivera pratiquement jamais vu qu’il n’y aura pas qu’un seul smartphone 5G à connecter. Dans la réalité, leurs faisceaux seront bien plus larges parce que créés avec moins de canaux.

· Les personnes se trouvant à proximité de personnes utilisant la 5G se trouveront donc également dans la zone bleue : pensez à ce qui se passera dans les trains, les bureaux, les écoles, les grands magasins, les terrasses de bistrot, les festivals, etc… Ou dans un immeuble, avec un voisin qui a cet appareil appelé Fixed Wireless Access = connexion à la maison à internet par le réseau 5G. Appareil que les trois opérateurs bradent actuellement pour gagner des parts de marché sur les deux autres.

· Les 64T64R sont également des antennes permettant d’envoyer des faisceaux dans plusieurs directions pour, par ricochet sur l’environnement, « viser un utilisateur » et augmenter le débit de données disponible ou accélérer la vitesse. Ce seront autant d’occasion en plus pour les non-utilisateurs de se retrouver dans des zones bleues.

· Le timing de la 5G est rapide, 0.02 secondes. Toutes ces petites périodes de 20 millisecondes durant lesquelles les antennes viseront un autre secteur contribueront à maintenir la moyenne de rayonnements sur 6 minutes basse et permettront ainsi d’émettre plus fort le reste du temps. Mais que sont quelques millisecondes par-ci par-là pour que votre corps récupère d’une exposition qui sera d’autant plus forte ? On sait que par exemple la barrière hémato-encéphalique qui protège le cerveau contre des entrées de toxines, métaux lourds etc, peut s'ouvrir sous l'effet d'impulsions électromagnétiques et met un certain temps à se refermer, temps qui se compte en secondes voire en minutes selon l'exposition, et non en millisecondes. Les experts mandatés par la Confédération (groupe BERENIS) ont admis que les rayonnements non ionisants sont un facteur aggravant les maladies via le stress oxydatif : https://www.bafu.admin.ch/.../Newsletter%20BERENIS%20...

C’était déjà assez difficile pour environ 600’000 citoyens souffrant d'intolérance aux ondes à divers degrés, d’essayer de rester dans la zone jaune (voire blanche).

Il est de plus fallacieux d'essayer de nous faire croire que les valeurs limites ont été sauvées et que le principe de précaution existe toujours, ce n'est visiblement pas le cas.



28 vues0 commentaire