top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurOlivier Bodenmann

MedNIS : réseau de conseil médical pour le rayonnement non ionisant

Centre de conseil pour l'EHS


Un pas important dans la bonne direction : le réseau de conseil médical MedNIS, créé sur mandat du Conseil fédéral, sera opérationnel en septembre 2023 et orientera à l'avenir les personnes souffrant d'intolérance au rayonnement de la téléphonie mobile, du WLAN et des lignes électriques vers des médecins spécialisés. MedNIS mène également une étude afin de recueillir les expériences des personnes concernées et de mieux évaluer les risques liés aux rayonnements. Les associations « Schutz vor Strahlung » et « info-EMF » se réjouissent de cette avancée majeure dans la prise en charge médicale des personnes concernées.

Avec le développement du réseau de téléphonie mobile, la grande diffusion des WLAN, Bluetooth et autres rayonnements radioélectriques à haute fréquence et le rayonnement à basse fréquence des lignes électriques, de plus en plus de personnes se plaignent de troubles de santé qu'elles attribuent au rayonnement. Aujourd'hui, plus de 10 % de la population déclarent que leur bien-être ou leur santé est affecté par les champs électromagnétiques. Depuis le coup d'envoi de la 5G, la situation s'aggrave : le nombre d'emplacements d'antennes risque de tripler, ce qui signifie d'une part qu'il faut s'attendre à ce que davantage de personnes soient touchées et d'autre part qu'il ne resterait plus aux personnes déjà touchées qu'à se retirer dans un isolement complet inhumain.

Suite aux protestations dans tout le pays et sur la base du rapport "Téléphonie mobile et rayonnement" de 2019, le Conseil fédéral a pris des mesures. L'une d'entre elles est le réseau de conseil médical MedNIS. Les collaborateurs de MedNIS sont spécialisés dans la médecine environnementale et donc dans les maladies dues aux influences de l'environnement. Parallèlement, ils s'intéressent à la préservation de la santé de l'ensemble de la population. Les médecins de l'environnement font donc partie du groupe de professionnels de la santé et du corps médical qui prennent au sérieux les expériences des personnes concernées. Ils considèrent le patient sans préjugés et ne le placent donc pas d'emblée dans la "case psy", car ils sont habitués à considérer les influences de l'environnement comme une cause de maladie. Il est réjouissant de constater qu'en Suisse aussi, des médecins se forment à la médecine environnementale et mettent à disposition leurs vastes connaissances et leur expérience pour conseiller les personnes souffrant d'une intolérance au rayonnement.



3 vues0 commentaire
bottom of page